L’année dernière, j’ai tracé mon patron de base en maille selon le livre “Coupe à plat : les bases” de Teresa Gilewska. J’en avais fait une robe droite qui s’est avérée bien trop courte, et peut-être aussi mal adaptée au sweat que j’avais choisi. Je l’ai donc cousue à nouveau cette année, en changeant de matière. Je l’ai aussi bien rallongée, dans l’idée à la fois de voir ce que donnait une longueur au genou, mais aussi de me laisser de la marge d’ajustement.

J’ai utilisé un matelassé dont le composant principal est la viscose. Cette matière a plus de tenue que le sweat molleton que j’avais déjà utilisé, et convient bien mieux à mon patron. La viscose permet d’avoir un contact assez doux, ce qui fait que cette fois j’ai évité de la doubler. Mon idée première avait été d’avoir un rendu sans aucune couture, et donc doubler permettait d’obtenir cela. Mais sur de la maille, je ne suis pas très satisfaite des techniques que j’ai essayées pour fixer la doublure, je n’en ai donc pas mise. Et j’ai fait un simple rentré surpiqué à la recouvreuse pour l’encolure, et un “biais” jersey rapporté pour les emmanchures. On voit les lignes de couture mais finalement cela me convient mieux, à porter aussi il n’y a pas de problème de doublure qui remonte.

Mis à part la longueur, je n’ai rien changé au patron de l’année dernière :

  • c’est ma base pour de la maille ;
  • à laquelle j’ai dessiné des emmanchures assez droites ;
  • et une encolure que j’avais déjà redessinée sur un autre patron ;
  • il y a des pinces au dos ;
  • et aussi une petite pince en haut du milieu dos que j’avais rajoutée après le premier essayage. J’aurai sûrement dû faire deux petites pinces au niveau des épaules plutôt, mais c’est assez discret avec ce tissu.

Patron : personnel
Matériel : matelassé de viscose/polyester, acheté chez Pretty Mercerie

Mon bilan pour cette robe est que

  • j’aime la forme de mes encolures et emmanchures ;
  • elle me marque particulièrement la taille, j’aime bien ;
  • sur les photos je me dis que j’enlèverai 2-3 cm en longueur un de ces jours, mais pour l’instant quand je la porte je trouve cela “ludique” d’avoir une longueur au genou (allez savoir pourquoi) ;
  • cette petite pince milieu dos est à revoir ;
  • la pointe des pinces du dos pourrait aussi être mieux cousue ;
  • sur les photos je découvre une sorte de bosse dans le dos, mais il faudra que je vérifie si c’était dû à ma posture ou si c’est vraiment ainsi que la robe se met…
  • bref, ce dos est à améliorer, mais je ne le voyais pas avant les photos ;
  • le style robe fourreau n’est pas du tout ce que je porte le plus, mais j’ai plaisir à porter cette robe. Comme je l’ai dit avant, elle a un côté ludique pour moi, dans le ressenti, peut-être le mélange du côté fourreau et du côté très confortable ?

 

Au moment de coudre ma salopette Rachel en septembre dernier, j’ai aussi cousu un débardeur à dos nageur à partir de ce patron. J’imaginais associer la salopette à un débardeur blanc ; mais au final, après un premier échec sur mon coupon de jersey blanc, n’en ayant plus en réserve, c’est avec du rouge que j’ai associé ma salopette. Et j’en suis contente 🙂

Pour faire ce patron de débardeur :

  • j’étais partie de mon patron de base ;
  • j’ai dessiné un dos de type nageur ; j’avais choisi une largeur pour la partie la plus étroite du dos, mais sur ma première version j’avais trouvé le résultat trop étroit. J’ai donc élargi un peu ;
  • j’ai éliminé les pinces dos que j’avais sur la robe pour avoir un résultat plus flottant à la taille ;
  • j’ai fait plusieurs essais sur ma version test pour trouver combien il fallait reprendre sur les côtés (sous les bras), et comment échancrer le bas de l’emmanchure ;
  • la largeur du décolleté avant a été un peu dictée par la forme de l’echancrure du dos ;
  • j’ai choisi de finir les bords avec un biais.

Oui, les poches tombent à un endroit bizarre des fesses, mais ce n’est pas moi qui les ai cousues 😉
Et oui, le bas de mon pantalon est mal géré, mais tant pis 🙂

Patron : personnel
Matériel : jersey coton/élasthanne rouge à motifs marins du marché au tissu de Mulhouse

Au final sur la version que je vous montre :

  • j’aurai pu lisser un peu plus la courbe allant de la taille aux hanches, car cela fait une petite bossse. Avec les pinces dos cela fonctionnait, mais sans c’est disgracieux.
  • Le bas de l´emmanchure va finalement trop près de mon bras, plus que lors de mes essais (pas flagrant sur les photos, mais cela remonte quand je bouge). Je pense que finir les bords avec un biais à légèrement resserré le tout. A creuser un peu, donc, la prochaine fois.
  • Je crois que sur la version suivante je ferai une finition avec des bandes de jersey. Pour éviter le problème précédent et par choix esthétique.
  • L’avant de l’épaule est dégagée selon une courbe qui ne me plaît pas totalement, mais c’est ce qu’on voit souvent avec les dos nageurs, car il faut rester rejoindre la courbe du dos. Mais je testerai peut-être un dos encore plus large pour améliorer ma courbe à l’avant.
  • Et… je crois que c’est tout…

Bref, pas mal de réserves mais en réalité je porte régulièrement ce débardeur, ainsi que d’autres du commerce sur lesquels j’aurai tout autant de réserves 🙂

L’avantage étant que je peux envisager des améliorations sur la version  suivante de mon débardeur 😉

J’ai prévu cet été de poursuivre les variations autour de cette base toute simple, en faisant une version plus débardeur de la robe, ainsi qu’une version robe longue. Et si je me motive assez ce mois-ci je voudrai tester ma base en chaîne et trame…

Bonne semaine !

Share: