Article de présentation du projet : ici.

Projet de janvier : ici.

Projet de février : ici.

Un article préalable sur la lingerie : ici.

Projet de mars : ici.

Article sur les patrons de pantalon : ici.

Projet d’avril : ici.

Ce mois-ci pour mon projet garde-robe capsule 2017, j’ai cousu une jupe.

Mais avant d’en venir à cette jupe, puisque nous sommes le dernier jour du mois de mai, je vais dire quelques mots du Me-made-May. Je rappelle que cela consiste à se donner l’objectif de porter des vêtements fait-main pendant le mois de mai.  Ce que je fais naturellement la majorité du temps si on excepte les tenues sportives, ou destinées à être salies. Cette année j’y ai participé via Instagram, en trois groupes d’images, car je n’ai globalement pas la patience de prendre une photo par jour pendant un mois.  Vous pouvez donc voir mes tenues du mois de mai iciici, et . Il y a des points communs avec mes tenues de l’an dernier, mais les températures ont en moyenne été plus chaudes, ce qui implique quelques différences.

Faire attention à ses tenues sur une durée d’un mois, a l’avantage de mettre en valeur les différentes améliorations à apporter à sa garde-robe. En l’occurrence, j’en tire  quelques conclusions, rien que je ne savais déjà dans l’absolu, et mais cela me permet d’avoir une vue d’ensemble sur des besoins ou des directions que je souhaite prendre.

–  Conclusion n°1 : si j’ai des tenues du commerce pour faire de la marche, de l’escalade, de la peinture ou du jardinage, en fait elles pourraient chacune être plus fonctionnelle ou en meilleur état. Et j’ai réalisé que même pour ce type de vêtements destiné à être abîmé, j’aurai plaisir à porter quelque chose que j’ai pensé et réalisé, et à vrai dire aussi qui soit un minimum valorisant. Ça ne sera pas pour tout de suite, eut égard au nombre de projets plus motivants qui passeront avant, mais c’est une direction que je garde en tête pour les prochaines années.

– Conclusion n°2 : il y à des vêtements du commerce que je souhaite (plus ou moins) cloner. Ce sont des vêtements de base, dont j’aime la forme, ou certaines caractéristiques. Ceux que j’ai ont soit quelques défauts soit mériteraient d’être déclinés dans d’autres couleurs. Dans mes vêtements du mois de mai, cela concerne le pantalon ou les débardeurs. Cela concerne aussi un boléro non porté ce mois-ci.

– Conclusion n°3 : il y à des vêtements fait-main que j’aime beaucoup et qui sont des éléments de base de ma garde-robe, que je peux décliner au fil des saisons, mais qui ont des défauts : ceux-là j’aimerais les refaire plus ou moins à l’identique car ils ont une place durable parmi mes vêtements et que je veux en améliorer la qualité. Il y a la jupe noire et longue dont la ceinture est élastiquée et asymétrique car elle était prévue pour ma dernière grossesse : cette ceinture n’est pas pratique maintenant, la matière pourrait être modifiée et peut-être aussi pourrais-je améliorer l’évasement.

La jupe verte rend mieux avec un petit jupon, que je n’ai pas. La jupe en jean est un basique utile, mais concernant la mienne, quelques éléments dans son allure me chiffonnent.

J’ai aussi une autre jupe non portée au mois de mai, qui est un peu courte et un peu serrée, et en fait aussi usée… (Il s’agit de la jupe rose et noire ci-dessous).

Et enfin, ma jupe cercle en Liberty (ci-dessous), la première jupe du mois, qui est beaucoup portée, mais a quelques défauts. Quand je l’avais cousue, le Liberty choisi me plaisait vraiment, mais je ne pensais par contre pas qu’elle s’intégrerai si souvent à mes tenues. Cela dit, avec le recul, elle est dans les tons noir/rouge/blanc/bleu, ce qui me correspond bien…

DSC_0294

C’est donc  une version améliorée de cette jupe que j’ai voulu coudre pour le projet #jecoudsmagarderobecapsule2017  du mois de mai. Celle ci-dessus a deux défauts : la ligne d’ourlet est inégale, parce qu’à l’époque je n’avais pas réalisé que la jupe se déformerai dans le biais, et qu’il fallait attendre avant de coudre l’ourlet. J’avais en plus cousu la jupe en double avec un voile de coton noir, mais bien sûr les biais ne sont pas au même endroit et les déformations sont décalées. Bref, c’est quelque chose de rectifiable, mais je manque un peu de motivation 🙂 Son deuxième défaut est sa légèreté : je l’ai cousue en Liberty Tana lawn, dans une batiste, donc, ce qui fait qu’elle est moins pratique quand il fait froid, mais aussi qu’elle se soulève comme un rien en été quand je n’ai plus de veste pour la plaquer…

J’ai donc acheté un Liberty denim dans les mêmes motif et coloris, afin de refaire la même, avec plus de poids. J’ai patronné une jupe cercle sans réutiliser le patron que j’avais fait à l’époque. J’ai suivi les instructions de mon livre Le vêtement féminin, modélisme, coupe à plat, Tome 1 de DP Studio, qui même pour ce modèle-là, que je savais faire, m’apportait des éléments instructifs (notamment sur la ceinture et la déformation de la jupe).

DSC_0466

DSC_0470

DSC_0468

DSC_0469

Patron : patronné à mes mesures à partir du livre Le vêtement féminin, modélisme, coupe à plat, Tome 1 de DP Studio
Matière : Liberty denim acheté chez Motif personnel.
          Perfobande pour l’entoilage

 

– J’ai coupé une longueur de jupe en fonction de la longueur de mon coupon… Au final c’était juste ce qu’il me fallait.

– Pour rentrer dans mon coupon, j’ai coupé la ceinture le long du fil de chaîne (“vertical”) plutôt que le long du fil de trame (“horizontal”). Ce qui finalement était une bonne chose, parce que mon denim est stretch, et que je craignais la déformation.

– Cela dit, la ceinture est entoilée, donc ça ne risquait pas d’arriver : j’ai utilisé du Perfobande, pour la première fois. J’ai un peu hésité, c’est assez raide, mais a priori pas gênant pour une ceinture étroite à la taille. C’est très pratique, les plis se font avec précision, et sans effort. Du coup les surpiqûres sont plus facilement précises aussi. En l’occurence, pour fermer la ceinture, j’ai piqué dans le creux de la couture sur l’endroit, en attrapant le côté opposé sur l’envers.

DSC_0502

– J’ai aussi posé un droit-fil thermocollant sur le pourtour de la jupe (petit cercle, ligne de taille). J’avais peur que celui-ci se déforme avant d’être cousu, ce qui, avec le recul, avait dû m’arriver pour la première version en Tana Lawn.

– L’ourlet est fini par un biais noir rapporté. Presque 4 m, c’est long, long….

DSC_0496

– Avant de faire l’ourlet, j’ai laissé la jupe suspendue pendant 2 jours, pour la laisser se détendre dans le biais. Je pense que ça ne s’est pas beaucoup déformé, peut -être 1 ou 2 centimètres au maximum. J’ai voulu utiliser l’arrondisseur de jupe de mon mannequin pour égaliser cet ourlet, mais je me suis bien énervée, entre le trait qui était assez large, les différences de positionnement des plis de la jupe, les renversements de craie… J’ai fini par poser ma jupe sur la table, mesurer aussi précisément que je pouvais, et couper à l’oeil. Je trouve que ça va, au final, mais j’espère que la déformation était terminée, et que ça ne va pas s’amplifier avec le temps.

DSC_0497

– J’ai choisi de couper la ceinture en un seul morceau, et de la fermer au dos. La jupe se ferme donc avec une fermeture invisible au dos, plus un crochet sur la croisure (on le dit comme ça ?) de la ceinture.

– Je n’exclus pas d’améliorer ces deux points, en prenant les bords de la fermeture invisible dans un biais (pour le côté soigné), et en changeant mon crochet, que je trouve un peu gros, et sûrement pas assez au bord. Mais comme en fait je n’ai jamais porté la jupe, j’attends de voir ce que cela donne en situation…

DSC_0499

DSC_0498

Concernant mon ressenti sur cette jupe : je viens de le dire, je ne l’ai jamais portée, donc je ne peux pas avoir un avis très précis. Mais sur le coup, j’étais un tout petit peu déçue, car je me suis faite surprendre par le volume qu’apporte la raideur du denim. Je le sais, pourtant, mais j’avoue que je n’y avais pas réfléchi une seule seconde… C’est sûr qu’avec une batiste, le contraste est net. Ma première jupe est très fine, et donc vraiment près des hanches. Là j’ai un volume, et des effets de plis, qui sont marqués. Cela dit, ça me conviendra peut-être aussi, d’autant que j’aime bien comment elle rend sur les photos. Mais il va falloir la pratiquer pour me rendre compte !

 

J’en viens maintenant à la troisième partie de mon titre : les variations…

Le haut que je porte avec la jupe cercle est le haut Wanted de Vanessa Pouzet. Je l’ai cousu parce que j’avais besoin d’un haut noir de mi-saison, pour compléter certaines de mes jupes. Ce sont des jupes citées plus haut, que j’aime mais qui peuvent être améliorées, que je peut potentiellement porter en toute saison, avec un haut noir adapaté. En l’occurence, en hiver je porte mon sweat Astoria, en été mes débardeurs noirs du commerce (j’en ai deux identiques, en une matière type lycra). Et à la mi-saison, je mets parfois le débardeur avec un boléro, mais le lycra ne réchauffant rien, il me fallait aussi un t-shirt à manches longues (que je n’avais pas/plus…).

Et avec lui, je peux maintenant décliner dans un esprit commun ma jupe Memphis (la verte, patron C’est Dimanche), ma jupe Twist (patron Vanessa Pouzet), et ma jupe cercle.

 Les photos sont en petit pour pouvoir tenir côte à côte, mais on peut cliquer sur chacune pour agrandir.

DSC_0455 DSC_0456 DSC_0457

DSC_0465 DSC_0464 DSC_0459

IMG_0113 DSC_0483 DSC_0484

Pour parler plus précisément du haut Wanted :

Patron : T-shirt Wanted de Vanessa Pouzet, 
Taille : 38-42-40 pour suivre mes mensurations
Matériel : jersey coton-élasthanne, du marché aux tissus de Mulhouse je crois

DSC_0458

DSC_0460

DSC_0462

Je n’en suis pas tout à fait contente, à vrai dire. Tout d’abord, il est un peu flottant à la taille. Il faut dire qu’en suivant les différentes lignes de taille, j’ai obtenu quelque chose d’assez droit et non cintré. Mais du coup visuellement ça ne me plaît pas, il faudra que je reprenne (mais lui non plus, je ne l’ai pas beaucoup porté ces dernières semaines). Ensuite, et là je ne sais pas trop comment améliorer, il se place mal à la poitrine. Si je mets le t-shirt en place, en tirant bien vers le bas, c’est chouette. Mais dès que je fais des mouvements, le t-shirt remonte un peu et se place plus haut sur le buste : cela donne un suplus de tissu près des aisselles. Je ne sais pas trop quelle en est la raison ; pour mettre la poitrine en valeur je le porte avec un soutien-gorge rembourré. Mais c’est un peu comme si le t-shirt allait se caler au dessus. Il faudrait voir avec un autre type de sous-vêtement. Ou bien est-ce un problème de taille de poitrine ? ou de hauteur de poitrine ? ou de carrure ?…

J’aimerai bien creuser la question, car le principe du t-shirt me plaît beaucoup… A moins de plaquer le décolletté sur un patron à mes mesures… On verra ce que j’en fait, mais ça risque de mûrir un peu avant de donner quelque chose !

C’est tout pour aujourd’hui, et pour cette semaine également, car je n’arriverai pas à faire en plus un article pour ce week-end 🙂 Je vous dis donc au week-end suivant, avec soit la veste de la Poulette, soit une robe pour ma pomme, soit une visite de mon atelier… Plutôt la première option à mon avis, parce que pour la visite de l’atelier, il faut encore un peu de rangement et quelques photos, hum…

A bientôt !

Share: