Dans la garde-robe d’automne de la Poulette, j’avais envie de voir un pull douillet blanc, un peu ample et avec des manches chauve-souris. J’aurai pu chercher un modèle de tricot, mais… je ne suis toujours pas une flèche 😉

Par contre, mon idée ressemblait sacrément au Julia Sweater de la marque belge de patrons Compagnie M. Que je ne me suis pas dépêchée d’acheter, j’attendais quand même de voir si je trouvais un tissu adapté.

Cet automne je suis donc partie au marché aux tissus de Mulhouse avec (entre autres !) le projet de trouver ma maille blanche et douillette. Evidemment, je n’ai trouvé quelque chose que sur le stand du magasin qui se trouve près de chez moi, cherchez l’erreur… Cela étant je ne vais pas me plaindre ! J’ai trouvé une maille blanche légèrement brillante de par un des fils utilisés et la présence de quelques sequins discrets. L’intérieur est sans ces décorations, et plus doux au toucher.

J’ai donc acheté le patron…

IMG_0101

IMG_0100

IMG_0098

IMG_0099

IMG_0097

IMG_0096

Patron : Julia Sweater de Compagnie M.
Taille : 5 ans
Matériel : maille blanche du marché aux tissus de Mulhouse

 

– J’ai choisi la taille 5 ans selon ses mensurations ; le 6 ans m’aurait certainement donné plus de marge, mais en même temps c’est déjà bien ample et ma poulette est fine.

– Mon inquiétude principale quand j’ai commencé à coudre était qu’en l’enfilant, ma fille se plaigne que cela gratte de trop. L’intérieur est doux, mais les bandes d’encolure et de poignets pouvaient poser souci. J’ai du coup décidé d’utiliser l’envers du tissu pour ces bandes, ce qui a pas trop mal tourné, le contraste est discret mais assorti.

– La couture est très rapide : le patron propose deux versions, une avec le devant en un morceau, une avec un empiècement et éventuellement des poches. Par rapport à ma maille, j’ai choisi la version la plus simple. Le patron propose aussi une option avec un col, pour information.

– Je me suis tout de même faite surprendre par une difficulté (que j’aurai pu anticiper dans l’absolu !), c’est que ma maille se détricote assez facilement. Et du coup pour la couture en rond des bandes de finitions, ça a été gênant. Aux poignets, quelques centimètres ne sont pas passés dans la surjeteuse, mais je les ai facilement repris. Par contre, à l’encolure, et c’est celle que j’avais cousue en premier, sur une si petite largeur, les mailles détricotées ont changé la largeur de la bande. En plus, le bord de l’encolure s’est aussi un peu détricoté au dos, et j’ai dû bidouiller pour tenter de fixer tout ça après coup.

Parce que sur ce tricot, je ne me sens pas de tenter de découdre, ça promet un sacré carnage ! Et pour vous préciser, la maille est comme une maille tricotée un peu dense, sur laquelle est rajoutée des colonnes de tricot brillants plus lâches, qui sont ceux qui se sont défaits au dos.

– Du coup il va sans dire que ce tricot est légèrement fragile, et que pour un enfant il y a un risque d’accrocs certain…

Cela étant, je l’aime beaucoup ! Il lui va bien, vraiment, dans le sens où il lui correspond. Un peu brillant, féminin, confortable, à porter avec des leggings ou des jupes… On a envie de se lover dedans tout en se sentant jolie… bref, le cahier des charges était rempli !

Et puis bien sûr, ça m’a donné envie d’avoir le même… Vive les soldes, je suis allée m’en acheter un coupon… Il y a une version adulte du modèle, et même si pour moi je creuserai un peu plus cette encolure, le reste me conviendrait tout à fait bien (enfin, j’espère !! avant d’avoir testé, je reste prudente 🙂 mais si ça me va, je le déclinerai bien comme un basique d’hiver… (ouiii, tu dis ça, mais ça fait un an que tu veux décliner Plantain et ce n’est toujours pas bouclé hein !! Oui, oui, oui, je sais, mais j’ai progressé, j’ai décliné Astoria…:)

Ce qui me permet de rebondir sur la suite de cet article, puisqu’en cousant un des mes basiques d’hiver que vont devenir mes hauts Astoria, ma demoiselle m’a demandé de lui coudre quelque chose dans cette maille bleue parce que “c’est trop douuux”…

Une demande explicite, une occasion de finir complètement un coupon de tissu (enfin, je n’ai pas jeté toutes les chutes, des fois que… mais des fois que quoi ???? j’en ai déjà plein, des des-fois-que…), et aussi, un patron rapide encore à portée de main… J’ai donc utilisé ma maille pour lui faire un deuxième Julia sweater.

J’ai tout de même dû bidouiller pour tout faire rentrer, et j’ai donc coupé le dos en deux parties. C’est moins net, mais pas exagérément gênant… (enfin, je ne l’ai pas sous les yeux, mais je crois me souvenir qu’en plus j’ai coupé deux dos dans le même sens, et j’ai donc utilisé un des morceaux sur l’envers… c’est moins net, je disais…).

IMG_0103

IMG_0102

IMG_0104

IMG_0105

IMG_0106

Patron : Julia Sweater de Compagnie M.
Taille : 5 ans
Matériel : maille bleue (polyester, je pense), Bleu des Vosges

– Comme pour mon Astoria, on voit que cette maille est très souple et extensible. Là aussi j’imagine que pour qu’elle ne donne pas cette impression de se tordre dans tous les sens, un haut plus près du corps irait mieux, mais néanmoins, elle est vraiment douce et confortable.

– L’encolure semble parfois trop près du cou, mais je suis un peu chatouilleuse sur ce point-là.

– Je ne lui destinais a priori pas ce tissu, je trouve le bleu un peu dur pour elle ; mais il lui va tout de même, sans être mon préféré. Pour assortir ce haut, ce sera surtout leggings, parce que les jupes qu’elle a n’iront vraiment pas. Mais cela dit on a utilisé une robe du commerce à bretelles et mis le sweat par-dessus, et cela passe plutôt sympathiquement. Sans être parfait, parce qu’il y a des noeuds aux épaules et que cela déforme un peu la robe !

– Donc : elle l’aime beaucoup ; moi, un peu moins, mais cela fait quand même un sweat sympa, un peu sportif et douillet avec des leggings.

Et conclusion générale, il y aura d’autres Julia par ici 🙂 (mais pas dans l’immédiat, pour petite fille en tout cas…) Je l’imagine bien aussi en version plus printemps, dans un jersey léger, avec une encolure plus dégagée, et sur un short…

Mais pour l’instant, mon Julia blanc s’en va tester s’il peut s’entendre avec Léon

A bientôt !

Share: